en face

Bien souvent les têtes engoncées dans des principes (qui ne se discutent pas) et qui manifestent un désir déprimant de contrôle — je les fuis ; je me moque d’eux en me réfugiant dans une conception flottante de l’existence qui s’infuse (ou pas) dans mon travail et je revendique sur un ton faussement naïf le droit à l’écart, à la perte. Je dis que je ne sais pas où je vais, que les limites entre mon travail et ma vie bougent tout le temps, et que fondamentalement, je suis à l’aise dans l’incertitude, mais je sais bien qu’aujourd’hui cette attitude est facilement attaquable au nom du grand cynisme désenchanteur. En lui expliquant tout ça maladroitement, je devine que nous sommes à l’opposé l’un de l’autre et que cette différence a toutes les chances de nous faire devenir des ennemis ou des êtres indifférents.

Articles les plus consultés

été