Commencer/finir (Istanbul 2000)

Tu peux tout à fait te trouver à des endroits du monde ; lieux prétextes à des vues prétextes à des songes ; tout ce qui est pensé au moment de l'image est oublié ; pour révéler trois fois rien, celui qui avance en pensant à une phrase lue quelque part, probablement plus tard "un pas en avant est un pas de plus vers la mort, mais en même temps un pas sauvé de la mort" ; tu as ces mots en tête, il faut bien dire quelque chose, et regarder simplement une image est une opération impossible pour toi, alors pour aller plus loin et dépasser peut-être cette idiotie, tu es prêt au verbiage, qu'importe — tu marches dans une fin de journée, et ce récit ne pourra jamais rivaliser avec ce que tu as vécu en silence ; le pas est figé dans une suite impossible à restituer, et le mention de ton histoire ne pourra jamais emboîter le pas, tu le sais, et tristement, quelques années plus tard, tu poursuis ta sidération en prenant le risque de blesser une image.

Articles les plus consultés

été