Hier & maintenant



À vélo, le tour du lac, les deux adolescentes surprises en train de fumer dans un chemin de traverse

L'inquiétude : faire complètement le tour ? Le pourrais-je ?  Ce vélo peut-il rouler dans ma boue ?

La piscine avec un livre d'aphorismes, et les phrases incomplètes que j'entends, comme cet enfant à ses deux parents gros : "pourquoi j'ai pas le droit de m'amuser" ?

La perception de la ville où je vis, de la fumée douce, loin.

Vendredi je ne sais pas où dormir à Paris 

L'oreille sourde, toujours, anesthésie les bruits du Monde, comme si je les entendais du fond d'une grotte (cauchemar d'enfant)

La lumière qui peine à s'adoucir, photographier quand les choses vont bientôt sombrer

Mais pas d'images, ou plutôt sous cette forme, écrites. Seulement.

Et puis l'espèce humaine en vacances : peu reluisante. M'émeut encore l'ennui des enfants obligés d'être avec leurs parents. "Pourquoi je n'ai pas le droit de m'amuser, moi."

Plus tard, la forêt. La forêt pour prendre une image et la donner à voir. La ba de la journée. La photographie comme baba de la connaissance du monde. Mais ni outil ni instrument.

Puis seul au monde plus tard, le fromage de brebis.

Les manques.

Un verre de vin.

Si la solitude peut-être encore rythmée par le chant du coucou rien n'est perdu.

Le lendemain, oreille sauvée. 

Photographié un épouvantail en réglant mon appareil sur une option genre jouet d'enfant, vieux brownie, gadget à propos.


Articles les plus consultés

été