Perspectives



Fictions


En photographiant, il avait l'impression que quelque chose en lui se perdait dans chaque nouvelle image.

Il était à la recherche du scoop, de l'image choc, et dans sa petite vie bourgeoise, il rêvait à des charniers exotiques avec la même intensité qu'Emma Bovary et ses "palais à la mauresque."

Elle photographiait des corps de femmes en petite tenue. Lingerie légère, string et compagnie. Elle avait adopté le regard d'un homme, simplificateur, érotiquement plat. Quand j'essayais de l'interroger sur cette évidence, elle se sentait attaquée et me demandait si j'aimais vraiment les femmes.

Il photographiait les visages avec une telle violence qu'on ne pouvait s'empêchait d'associer son geste à une exécution capitale. Cible prostrée dans le coin d'une chambre d'hôtel à la merci du flash et d'une rafale de clic au son métallique. Un ami s'était trouvé sur le chemin du tueur et très vite, il s'était senti mal à l'aise. Il avait beau essayer d'entrer doucement en image en adoptant une pose fidèle à ce qu'il croyait être, mais le photographe rejetait ces propositions : il le manipulait comme un pantin, le photographiant sèchement, à son insu, par exemple, lorsqu'il tournait la tête et qu'il pensait que la séance était terminée . Objectif du tueur : représenter un mort-vivant.

Articles les plus consultés

été