Arthur

Arthur avait écrit un article sur le contrôle du vol des pigeons voyageurs. C'était à la fin du XIXème siècle. Ingénieur venu du Brésil, cet arrière-arrière-grand-père dont je porte le nom, côtoyait Emile Zola, et quand il ne rédigeait pas des articles techniques (comme celui sur l'aménagement des bords de seine pour l'exposition universelle de 1900) il prenait aussi des photos. Je ne l'ai su que très récemment, grâce aux informations donnés par Michel Poivert, historien de la photographie. Coucher de soleil, portraits d'atelier, scènes pastorales, en petit maître, Arthur G. da Cunha pratiquait ce qu'on appelait la photographie Pictorialiste.  Je ne sais pas grand chose de lui. Pourquoi ses images sont-elles aujourd'hui conservées au Musée d'Orsay et à la BNF ? Je l'ignore. On a du trouver ça bien, n'est-ce pas ? En 1914, pour éviter la guerre, il est reparti à Rio où il est mort dans les années 60. S'est-il encore intéressé aux oiseaux ? A-t-il photographié ? Je l'ignore.  En revanche, je sais que mon père sans connaître la destinée d'Arthur est lui aussi devenu photographe, dans les années 1970. Je sais que 30 ans après, je suis entré à mon tour dans une autre aventure d'images. C'est déjà ça, n'est-ce pas ?

Articles les plus consultés

été