La haie, encore






Retour sur les lieux du crime, avec le chant étranglé, au loin, d'un paon perché sur le grand chêne des  voisins.  Ça éclaire une mauvaise passe. Et que ça saute, implose.  J'entends : "Je trouve cela triste." Les yeux fermés font peur à ceux qui ne vous regardent jamais en face.  Après, je suis mieux.  Soulagement. C'est la rencontre entre ce que j'avais prévu et ce que je n'attendais plus. Image modèle pour la vie.  Signée, marquée, traversée. Et une prière aussi même si c'est mal vu aujourd'hui. Méditation sans perturbations d'idées, pleine de coïncidences et de temps mélangés. (Je reviens souvent trainer du côté cette haie qui me hante depuis le jour de décembre 2008 où je m'étais photographié derrière  parce qu'il manquait quelqu'un.)

Articles les plus consultés

été