Creuse, août 06



"Il y a quelque chose de froid dans ces images. Une froideur qui est celle d’une grande pudeur. Ne rien imposer, saisir doucement ce léger décalage, ces petit accidents à peine visibles qui rendent la réalité parfois tendre. Rien n’est imposé, pas un sens, pas une idée, juste un signe, une indication discrète de la poésie secrète du quotidien, celle qu’on rate à chaque instant, cette magie perdue dans le mouvement, ici calmement capturée. Quelque chose de rare : une liberté sans violence. Une clarté aussi, qui peut impliquer cette froideur, une évidence, mais sans nécessité, une rencontre avec ce qui rend la vie possible - avec le jeu." J.F.G.

Articles les plus consultés

été