en cours


La mort d'une toute petite portion d'existence vécue comme une fin de règne

plus j'ai de "bonnes idées",  moins je fais de bonnes images (elles manquent d'ailleurs ces temps-ci)

En décembre 2009, dans son petit bureau (seul un petit portrait de Beckett au mur), Christian Gailly m'avait dit ça : « En s'inventant une vocation de créateur, par la force du travail, on se place dans un espace de solitude total : c'est pratiquer l'art au péril de sa vie et il n'y a plus de compagnie possible. »

Le chat de mon voisin psychotique a violenté le mien. Pour se faire pardonner, il vient de m'offrir un  cactus.

Que la nuit te soit un secours

édifiante fragilité

À l'heure des comptes, cette journée fut remplie de faits, images, désirs - infiniment plus féconds qu'on l'eut pensé.

Ah oui,  cette phrase citée par Victor Hugo dans "Choses vues": "Je suis beaucoup plus heureux depuis que j'ai renoncé à être heureux".

Elle m'a confié son impatience de voir toute sa vie transformée en souvenirs pour espérer "entrer en nostalgie", a-t-elle dit ;  "la plus grande des jouissances pour moi", a-t-elle ajouté. Et quand je lui ai demandé comment imaginait-elle décorer sa tombe, elle n'a pas du tout ri.

Dans le train, les handicapés mentaux jouent à cache cache, les animateurs qui cherchent à les compter sont en train de devenir fous.

J'ai rêvé que ma vie était désormais exclusivement consacrée à la blanquette de veau.

Articles les plus consultés

été