Étrange —  il y a quelques semaines, je rêvais d'une image future, et sur un carnet, j'avais écrit cette phrase : "flamme qui éclaire un œil tue un regard"
  
Je ne sais pas si elle est superficielle ou alors totalement flippée, mais tout ce que l’on dit glisse lamentablement sur elle, ; et lorsqu’elle elle prend la parole, même si c’est intelligent, sa voix ne semble jamais venir de très loin, ce qu’elle raconte ne la regarde pas, fantôme.
Celle qui pensait à poil dans sa période de naturisme mental.
 Lambeaux d'articles récents  
* C'est le cri du langage qui ne veut soudain plus rien dire. Le poète brise la syntaxe, fait éclater les mots en morceaux, mine leur signification. Ce sont ces glossolalies qui scandent par moments ces carnets, comme des prières primitives : « shaout uks kom leksi naet uks kom uksva ». Dans les marges de ce texte, A. dessine aussi ce qu'il appelle, depuis 1938, ses « gris-gris » : ébauches de visages qui rappellent le sien, dessins d'objets dont le trait appuyé sur la page signale un geste du corps, comme une secousse organique qui vient au secours de l'écriture qui se mord la queue.
* Etre poète, pour S. ce n'est pas regarder le monde d'un point de vue contemplatif ou méditatif, mais essayer (et l'expérience poétique rejoint ici le zen) de se déployer tout entier dans le grand tout, sans souci de hiérarchie. Ne pas raconter l'histoire d'un arbre, mais écrire un poème pour s'entretenir avec lui. J.H. a cette très belle formule qui pose le risque et la beauté d'une telle aventure : « Un poème est l'exemple d'une sorte de chaos pondéré. »

*Ici, l'écriture est désastreuse, écorchée, lacunaire. Elle se disperse, se rassemble, puis se referme sur elle-même ; bientôt, les phrases se mettent à gonfler, puis éclatent. Littérature ? Sans aucun doute. Mais il s'agit -surtout d'une biographie, au sens inédit que l'écrivain Roger Laporte (1925-2001) donna à ce genre, en inversant le rapport de sens : vie de l'écriture plutôt qu'écriture de la vie.

*Être enfin à l'heure avec lui-même dans une époque où  tant d'œuvres sont bouleversées par la discorde et le chaos. 

 

Articles les plus consultés

été