phrases sauvées

Envie de photographier à nouveau ce monde de clous et de cotons
 Métro : cette jeune femme à la bouche étroite lit une revue fripée ; elle se penche sur sa lecture comme si elle réconfortait un être cher, malade.
Ton texte ne sera bon qu'à partir du moment où tu n'auras plus besoin que je te dise qu'il est bien (pensé entre les tomates et la dinde)
mais vous avez peu écrit pour vous ces temps-ci — oui mais j'y ai pensé tout le temps — et puis les autres, c'est pas mal vous savez — d'accord pour cette fois, mais que cela ne devienne pas une habitude — compris ? — oui mon cher contradicteur, je m'exécute sur le champ, mais sans me tuer à la tâche — et que ça saute
 Il y a un poteau au milieu de tout ce que tu cherches à dire
ce n'est pas sa vision du monde qui est ridicule, mais plutôt l'image grasse et boursouflée qu'il a de lui-même
  
À quand le retour des images qui [me] transportent ?
 Dans ce rêve, je dois faire une conférence sur la photographie devant des centaines d’étudiants, je n’ai pas de micro, il faut hurler pour se faire entendre, mais je n’ai rien à dire

Mots clefs écrits pour arriver à mon blog
“enfiler la couette dans la housse sans s'épuiser”
“femme dans un arbre en collant”
“image de lapin dans la neige “
“hachich de laitue sauvage"

  
Leur insatiable curiosité m'écœure parfois
"Je tenais à vous faire parvenir mon roman pour diverses raisons, mais notamment parce que Graham Rouge, le narrateur, est photographe animalier." Ah d'accord.
"D’autres, pour le mettre à l’épreuve, lui réclamaient un signe venant du ciel. "
 Au moment où je baissais la tête, elle dit, “je lis l’âge que j’ai dans le regard des hommes”

Articles les plus consultés

été